Travail en cave et dans les vignes

plantation

La vigne se réveille de son repos hivernal. La taille est finie, les bourgeons peuvent apparaître. On procède au pliage, c'est-à-dire que l'on attache les sarments horizontalement sur des fils de fer pour les maintenir. La floraison est une étape cruciale et surtout très sensible : pendant les quelques jours que dure la floraison, la vigne craint particulièrement la pluie (risque de coulure) et le gel.

C'est aussi la période où l'on plante de nouvelles parcelles de vigne. Le terrain doit bien sûr être préparé bien en amont. On remplace également les pieds de vigne morts. Ces jeunes pieds sont protégés par des caches pendant leurs 2 premières années.

En cave, les vins se réveillent. C'est le temps des premières mises en bouteille du dernier millésime.

piochage

Avec l'arrivée de la chaleur (au printemps ou à l'été), la végétation peut partir très rapidement. La vigne est une liane et peut produire beaucoup de bois et de feuillage, au détriment du fruit. Notre travail consiste à contenir cette exubérance pour que le raisin ait la force et la place de grandir. C'est le temps du relevage (les sarments sont maintenus sur des rangées de fil de fer), de l'effeuillage et du rognage. On pratique également pour certains cépages particulièrement généreux (comme la Mondeuse) la vendange en vert (qui consiste à supprimer certaines grappes afin de favoriser le développement et améliorer la qualité des grappes restantes).

Nous avons investi dans un outil de travail du sol afin de remplacer le désherbage sous le rang. Cet « intercep » ou « charrue vigneronne » permet de mieux aérer le sol et de contenir le développement de l’herbe entre les ceps. Comme l’espace inter-rang est enherbé, nous devons passer régulièrement en tracteur pour tondre l'herbe. L'avantage de l'enherbement est de développer un couvert végétal diversifié et de retenir le sol et l'eau. Nous essayons aussi de limiter les traitements phytosanitaires qui sont pourtant indispensables pour éviter les maladies. Nous utilisons un maximum de produits biologiques et traitons de manière raisonnée.

En cave, c'est le calme avant la tempête. Les cuves, les tonneaux et tout le matériel sont nettoyés. Les raisins sont surveillés de près, analysés pour décider du début des vendanges.

vendanges

L'automne voit l'aboutissement de toute une année de travail avec les vendanges. Elles commencent en moyenne mi-septembre dans le Bugey. La date est décidée en fonction de la maturité des raisins.

Réparti sur près de 45 hectares, il faut compter pas moins de trois semaines et une trentaine de personnes pour vendanger l'ensemble de notre vignoble. Une partie des vendanges est aussi faite à la machine à vendanger.

Suivent ensuite les travaux du chai pour la vinification. Entre l'égrappage, la macération, le pressurage, la fermentation, ... de nombreux choix doivent être faits qui vont conditionner la personnalité du vin. Nous avons fait le choix de minimiser nos interventions et laissons les fermentations se faire naturellement, avec des levures indigènes. Là commence un long travail de surveillance du vin, dans les cuves et en tonneaux, pour contrôler les sucres et s'assurer que ces fermentations se font correctement. Nous utilisons des sulfites dans nos vins, mais uniquement le minimum nécessaire pour que les vins ne s'altèrent pas. Naturellement présents dans le vin, les sulfites sont indispensables à une bonne conservation du vin.

Certaines de nos cuvées passent 6 à 12 mois en fût. L'entonnage des vins, c'est-à-dire la mise en tonneaux, se fait par gravité pour que le vin soit le moins brassé possible. Toutes les semaines jusqu'à leur mise en bouteille, il faut procéder à l'ouillage des fûts (les compléter pour remplacer les pertes dues à l'évaporation).

La taille

Dès novembre, la vigne entre dans sa phase de sève descendante et commence son repos hivernal. Après les premières gelées les feuilles tombent et peut alors démarrer la taille de la vigne. Opération longue et délicate, la taille permet de maîtriser la quantité et la qualité des récoltes à venir. Il existe plusieurs façons de tailler en fonction des régions et des cépages. La taille en guyot est privilégiée dans notre région. Puis, on tire les bois en enlevant les sarments qui sont emmêlés dans les fils de fer. Ainsi rassemblés au milieu des rangs, les sarments sont ensuite broyés et enrichissent les sols en matière organique.

On profite également de cette période de repos pour réparer les palissages et remplacer les piquets.